LE DEBAT IVOIRIEN

Parce que Nous avons tous le droit de reflechir

LA FOLIE DE L’ANTITHETIQUE PARADIS EUROPEEN (L’HUMEUR D’ANTOINE EDO)

migrants3Posons la question puisqu’elle s’impose à notre analyse: Que ne feraient les Africains pour avoir accès au paradis européen? Répondez désormais, «No limite»! La fin ne justifie-t-elle pas les moyens? «On s’en fout du reste», dira-t-on à Abidjan. Tout le monde ne le sait pas forcément, mais l’information a fait le tour de la toile depuis pratiquement un mois…«L’Eléphant» en fait une diégèse analytique, pour ses lecteurs.

Un Ivoirien découvert dans une valise

Qu’une jeune femme transporte un bagage, c’est quelque chose de très banale, une routine pratiquement. Sauf que cette fois-ci, il y a un aspect tout à fait particulier, c’est le contenu qui constitue le bagage en question. En effet, la valise que tenait la femme de 19 ans contenait non pas de la drogue, ni une bombe ou on ne sait quoi encore…mais un être humain vivant: un petit garçon, Ivoirien, de 8 ans. La passeuse marocaine a été prise au poste de contrôle par la Garde-frontière entre le Maroc et l’enclave espagnole de Ceuta, alors qu’elle empruntait le passage pour piétons vers cette ville  située dans le nord du Maroc. C’était le jeudi 7 mai dernier. «En passant la valise au scanner, l’opérateur a observé quelque chose d’étrange, ce qui paraissait être une personne dans la valise, a expliqué le porte-parole de la Garde civile. Lorsqu’il l’a ouverte, il a trouvé un enfant mineur dans un état lamentable», a rapporté «Francetvinfo/AFP» qui citait le confrère «El Pais» du 8/5 sous le titre: «Un enfant ivoirien de 8 ans découvert dans une valise à la frontière espagnole». La jeune femme a été arrêtée et mise à disposition de la justice; ainsi que le père du garçon, accusé d’avoir tenté de faire passer son fils en Espagne de manière illégale, quelques heures plus tard, en passant la Douane. Originaire lui aussi de Côte d’Ivoire, il vit dans les îles espagnoles des Canaries.

Lire aussi :  ABIDJAN-GUY AMATCHIA, (THE GOOD SAMARITAN) : «AMENER LES FEMMES A COMPRENDRE QUE ‘‘JE PEUX ALLER DE ZERO ET VENIR EN HEROS’’

La famille Ouattara se retrouve…

En attendant la libération de son père,  le petit Abou Ouattara, puisque c’est ainsi qu’il se nomme, est sorti du Centre pour mineurs où il avait été placé, et a retrouvé sa mère Lucie Ouattara, depuis le lundi 8 juin. «Les parents de l’enfant sont installés légalement à Fuerte ventura, île de l’archipel espagnol des Canaries. La mère, Lucie Ouattara, avait rejoint le père il y a un an avec leur fille de 11 ans. Un autre de leurs enfants travaille dans la province de Murcie (sud de l’Espagne)», nous apprend-on sur «Francetvinfo/AFP» du 9/06.  Et l’avocat de la famille de déclarer: «Nous sommes très heureux, nous repartons avec le petit et nous allons tenter d’aller chercher le père». Tant mieux! Il est clair qu’à terme, la famille Ouattara va se retrouver au grand complet, en terre européenne: père, mère et enfants, trois au total. Et personne au monde ne peut élever une voix contre la re-constitution d’une cellule familiale. C’est un droit naturellement acquis, non!? Mais le hic, car il y en a, c’est le prix que les Africains sont prêts à payer pour atterrir dans ce monde occidental vu comme celui de la prospérité.

La folie de l’antithétique «paradis européen»

S’il est des choses qui peuvent choquer la morale, c’est bien la mise en pratique de l’adage «la fin justifie les moyens». Parce que justement, si tant est que l’on considère le but à atteindre comme suffisamment important, les méthodes utilisées sont souvent peu orthodoxes, voire brutales et illégales. Et c’est bien le cas de ces Africains qui considèrent qu’il faut «forcer la porte du paradis»; ces Africains pour qui l’Europe est comme un «paradis», au point où il faille y aller coûte que coûte, au prix de leur vie(?). Il est aussi parfaitement légitime de projeter d’aller en Europe pour y trouver du travail, de fuir la pauvreté qui sévit en Afrique, d’aspirer à la prospérité et à l’émergence économique et sociale, qu’il est totalement inadmissible et irraisonnable d’y arriver mort! Quelle folie! L’ambition ne devrait aucunement pousser à prendre le risque ultime de confier son enfant à une passeuse avide du gain facile. «Les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla sont les seules frontières terrestres entre l’Europe et le continent africain, régulièrement prises d’assaut de toutes les manières possibles pour forcer la porte du paradis, comme disent les migrants. C’est souvent dans les voitures que se cachent les clandestins. (…) Certains ont déjà été retrouvés dans le pare-choc d’un véhicule, dans le tableau de bord ou encore coincés sous le plancher de la voiture. Les gardes civiles espagnols en ont vu d’autres. Mais c’est la première fois qu’un enfant est ainsi retrouvé dans une valise», rapporte «Francetvinfo/AFP». Récemment, le ministre-écrivain Maurice Bandaman de la Culture et de la Francophonie,  en invitant les jeunes qui rêvent d’aller en Europe à le faire dans les règles, avait ajouté: «Ceux qui voyagent clandestinement vivent de façon misérable, dans des endroits qui ne respectent aucune commodité. Derrière les personnes qui jouent les passeurs, se cachent des criminels. Ils se constituent en réseaux pour profiter de vous.» («Fraternité Matin», 9/6). Les parents Ouattara ont choisi de confier le transport de leur enfant à la passeuse marocaine parce qu’effectivement, selon notre source, bien qu’eux-mêmes soient «légalement installés aux Canaries, mais ils ne pouvaient pas justifier de revenus suffisants pour faire venir leur fils».

Le comble de la tragédie, c’est que hier, les Ivoiriens ont rêvé à la Refondation dix années durant, sans suite…et pour les plus sceptiques, l’émergence semble déjà être du vent. Les Ivoiriens dis-je, qui étaient moins souvent cités dans ces cas d’immigration clandestine, sont de plus en plus candidats à aller voir l’ailleurs, mais l’illusion. Les différents régimes qui se succèdent sans améliorer la situation sociale des citoyens se ressemblent tant…

Lire aussi :  Acteurs politiques : Pourquoi pensez-vous que Kandia Camara Kamissoko n'est pas ça! Du  lourd

 Alors que leur pays refondé depuis dix ans, aspire dès lors à l’émergence à l’horizon 2020!

 

ANTOINE EDO

Publié dans «L’Eléphant Déchaîné» N° 357

© 2015, herve_makre. All rights reserved.

This site is protected by wp-copyrightpro.com