LE DEBAT IVOIRIEN

Parce que Nous avons tous le droit de reflechir

CIV-Dérive totalitaire : Le Président du CNP attaque la RTI1

RTI2CIV-Dérive totalitaire : Le Président du CNP attaque la RTI1

Le dimanche 12 juillet 2015, je zappais les chaînes de télévision pour une revue de presse aux fins de me faire un tour d’horizon de l’actualité quand je suis tombé, à 11h 37 Gmt,   sur un élément sur l’Agriculture ivoirienne diffusé par la 1ère chaîne publique nationale, Rti1. Tout ahuri et dépassé !

En effet, le moins qu’on puisse dire, c’est que la Rti1 a fait preuve de dérive totalitaire en tronquant l’information et l’histoire !

Bien évidemment, par ces temps de misère morale pour certains de nos dirigeants, au plus haut sommet de l’appareil étatique, et de misère noire dans les poches du peuple, que ne ferait-on pas pour séduire celui qui tient la bourse ? Ainsi, du sommet à la base de la société ivoirienne, sommes-nous, tous, devenus des pique-assiettes. Mais, de là à tordre le cou aux faits de l’histoire…

Traitant son élément, la Rti1  nous apprend, ce que nous savons déjà, que la Côte-d’Ivoire est le premier producteur de cacao, le 3ème de café, de coton, etc. Et en conclusion : l’avenir de ce pays repose sur l’agriculture. Raison pour laquelle, le président Félix Houphouët-Boigny en avait fait l’une de ses priorités quand il gérait le pays.

C’est là commence le vertige. De Félix Houphouët-Boigny, la Rti1 saute, pinh-pinh-pinh,  pour se retrouver au lundi 11 avril 2011 pour les besoins de la cause. C’est une insulte à la mémoire collective !

En toute chose et en journalisme, surtout, il y a ce qu’on appelle l’honnêteté intellectuelle. Il y a les faits. En effet, où sont-ils passés Henri Konan Bédié, Robert Guéi, de façon éphémère, certes, et Laurent Gbagbo dans tout ça ? Rti1 a osé biffer tout ce pan de notre histoire ? N’eurent été le coup d’Etat du vendredi 24 décembre 1999 contre Bédié et de la rébellion du jeudi 19 septembre 2002 contre Gbagbo, tous ces ponts, que nous construisons avec des emprunts exorbitants, auraient été bâtis depuis fort longtemps et à moindre coût.

Lire aussi :  Côte-d’Ivoire : le déclin des justes ou la République des ploutocrates?

Ca ne grandit pas de telles flagorneries. Elles dévoilent, par contre,  la dérive totalitaire d’un régime, peut-être, aux abois, madame le ministre de l’information, porte-parole du gouvernement. Et, ça fâche la majorité des Ivoiriens. Les partisans de Bédié, de Guéi et de Gbagbo, on sait ce que cela  représente comme poids politique sur l’échiquier national.

Et si, d’aventure, à cause de telles informations tronquées qui favorisent la dérive totalitaire et la dictature, les partisans d’Henri Konan Bédié, du général Robert  Guéi et de Laurent Koudou Gbagbo se mettaient contre Alassane Dramane Ouattara, la Côte-d’Ivoire  continuerait à être divisée comme l’a divisée la Charte du Nord, à partir du samedi 05 janvier 1991.

« Notre combat, l’unité des Autochtones, du Sud, de l’Est, du Centre, de l’Ouest et du Nord ».

Fait à Abidjan, le dimanche 12 juillet 2015

Pour le Congrès national populaire (Cnp)

Gnamantêh Nanankoua

Président

© 2015, herve_makre. All rights reserved.

This site is protected by wp-copyrightpro.com