LE DEBAT IVOIRIEN

Parce que Nous avons tous le droit de reflechir

Côte-d’Ivoire : le déclin des justes ou la République des ploutocrates?

Nanankoua GnamantêhCôte-d’Ivoire : le déclin des justes ou la République des ploutocrates?

Nous sommes dépassés, voire excédés, mes compagnons et moi, quand nous rencontrons certains compatriotes, dans le cadre de nos activités politiques, de nous voir demander, souventes fois : « Est-ce que vous avez de l’argent » ?

Un jour, au cours d’une séance de travail, une dame m’a jeté à la face, carrément alors : « Toi, Gnamantêh, au lieu de prendre ton petit argent de fonctionnaire à la retraite pour t’occuper de ta famille, c’est toi qui as de grandes idées. Tu veux faire de la politique. Tu crois que la politique en Côte-d’Ivoire, c’est pour les  enfants ? Tu as usine au Gabon ? Tu as agence immobilière aux Etats-Unis ? Tu vas vendre ta maison, tu verras. Tu vas vendre tout, même ton dernier caleçon » !

J’ai compris. Oui, j’ai bien compris l’origine de certains comportements, de nombreux reniements et de certaines méchantes paroles.

Le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-Rda), Henri Konan Bédié, pense avoir trouvé la voie pour rassembler les enfants du président Félix Houphouët-Boigny à travers l’Appel de Daoukro, le mercredi 17 septembre 2014. La toute première des réactions, et elle nous est venue d’un proche d’un « irréductible » qui est resté bouche bée devant « le ministre de la rue » à un débat télévisé en direct, c’est : Bédié a été acheté ! Quel désastre ! Il faut « Elever le débat », dirait le DG de Fraternité Matin qui ne manque pas de reniement, non plus, en souvenir de « Où est ton village ».

Mais, ce désastre, cette posture de fébrilité face à l’argent nous fait comprendre, fort aisément, pourquoi tous nos discours, depuis le lundi 11 avril 2011, sont truffés de milliards. Si ces milliards étaient des bagages, il faudrait se mettre à plus de 23 millions d’habitants pour les supporter. D’ailleurs, qui nous dit que ce ne sont pas des chaînes avec cadenas attachées aux  pieds des générations futures puisque, dans la plupart des cas, c’est de l’argent prêté par l’étranger ?

Lire aussi :  Côte d'Ivoire : le Synesci exige le déversement des ponctions sur les salaires des grévistes et menace

Bien sûr, il faut beaucoup de milliards en FCfa pour recruter des mercenaires et dozo, pour payer les enfants d’un pays à prendre les armes pour attaquer leur propre pays aux fins d’assouvir une ambition personnelle, comme cela se voit dans le monde. Mais, de là à voir les défenseurs de l’Ivoirité hier se renier platement ! De là à voir des personnes devenir totalement amnésiques au point d’en vouloir physiquement à un monsieur qui a osé dire : vos ponts ne m’émeuvent pas. On les aurait eus il y a longtemps si…

Devant ce spectacle désolant de perte de :

  • La liberté d’expression
  • Dignité individuelle et collective
  • Souveraineté nationale,

Nous nous sommes posé une toute petite question : est-ce le déclin des Justes ?  Qui savaient, au moins, résister à l’argent du sang ?

« Notre combat, l’Unité des Autochtones du Sud, de l’Est, du Centre, de l’Ouest et du Nord »

Abidjan, le vendredi 31 juillet 2015

Pour le Congrès national populaire (Cnp),

Gnamantêh Nanankoua

Président

© 2015, herve_makre. All rights reserved.

This site is protected by wp-copyrightpro.com