LE DEBAT IVOIRIEN

Parce que Nous avons tous le droit de reflechir

ATU ledebativoirien.net

Élargissement  de  l’espace des TIC en Afrique: de nouvelles mesures proposées par l’Union africaine des télécommunications et Ericsson

La 5G qui est la technologie d’avenir et son implémentation sur le continent africain passe forcément par une maîtrise du spectre des télécommunications. Aussi, Les pays africains et les acteurs des télécommunications ont lancé hier, jeudi 22 avril 2021, la première série de recommandations sur le spectre ATU qui se concentrent sur la transformation de l’Afrique pour dynamiser la connectivité.  Les recommandations énoncées soulignent l’importance d’attribuer le spectre radioélectrique dans les pays d’Afrique de manière opportune, prévisible et rentable afin de soutenir la fourniture de services de TICs abordables et de haute qualité et de stimuler les initiatives technologiques intelligentes.

Dans un contexte où les abonnements au haut débit mobile en Afrique subsaharienne augmenteront jusqu’à *76%* d’ici à *2026*, les enjeux pour un usage à bon escient du spectre de télécommunication sont élevés

Les pays africains et les acteurs des télécommunications ont lancé aujourd’hui la première série de recommandations sur les fréquences UAT qui se concentrent sur la transformation de l’Afrique en une économie du savoir grâce au développement de technologies qui stimulent la connectivité et l’innovation. Les recommandations de spectre sont le résultat d’un protocole d’accord signé entre Ericsson et UAT pour aider à accélérer le déploiement de la technologie à travers le continent.

En Afrique aujourd’hui, une quantité limitée de fréquences est allouée à l’industrie mobile ainsi qu’à d’autres secteurs de communication pour faciliter la transmission de signaux sans fil. Les recommandations de fréquences lancées soulignent l’importance d’attribuer le spectre radioélectrique dans les pays d’Afrique de manière opportune, prévisible et rentable afin de soutenir la fourniture de services de technologies de l’information et de la communication (TIC) abordables et de haute qualité et de stimuler les initiatives technologiques intelligentes. Les recommandations établissent également l’idée que les licences devraient être technologiquement neutres et permettre des innovations de service.

Lire aussi :  PRESIDENTIELLES DE 2015 : LES GRANDS DEFIS QUI ATTENDENT OUATTARA

Les nouvelles recommandations en matière de fréquences encouragent en outre les pays africains à permettre le partage du spectre en donnant aux titulaires de licence le droit de partager volontairement leurs fréquences par divers moyens tels que les accords commerciaux et d’itinérance nationale. De plus, les pays africains, par le biais des recommandations, sont instamment priés d’adopter une approche d’octroi de licences visant à promouvoir la bonne combinaison de spectre de bande radio basse, moyenne et élevée afin de garantir que tous les fournisseurs de services de communication (CSP) ont accès à des quantités et types de fréquences permettant le développement d’une variété de cas d’utilisation et répond aux demandes des entreprises et des clients.

S’exprimant lors de la cérémonie de lancement, le secrétaire général de l’UAT, M. John Omo, a réitéré l’importance des recommandations en déclarant : « Le lancement de ces recommandations est un effort conjoint visant à accélérer le déploiement des technologies basées sur les TIC pour le développement des économies numériques en Afrique. » Les sentiments de M. John Omo ont également été partagés par le Ministre des Postes et Télécommunications du Cameroun, Mme Libom Li Likeng, née Mendomo Awoumvele Minette, qui a présidé la cérémonie de lancement où elle a affirmé que les nouvelles mesures incitaient la croissance continue des pays africains pour le haut débit mobile.

Les recommandations arrivent à un moment où l’Afrique cherche à exploiter l’innovation tirée par les TIC, avec une augmentation rapide de l’utilisation de la technologie et des smartphones. Le rapport Ericsson sur la mobilité de novembre 2020 prévoit que d’ici 2026, les abonnements au haut débit mobile en Afrique subsaharienne augmenteront jusqu’à 76%.

Lire aussi :  Côte d'Ivoire: Les cadres d’Attiegouakro ont décidé enfin de loger le Préfet

Fadi Pharaon, Président d’Ericsson Middle East Africa, a déclaré : « Il est important pour la croissance et la durabilité de l’Afrique de favoriser l’agilité et l’innovation à partir des infrastructures TIC de nouvelle génération.» Il a poursuivi en réaffirmant l’importance des stratégies de gestion du spectre soulignées dans les recommandations, affirmant qu’elles pouvaient être considérées comme des opportunités pour accélérer la numérisation de l’Afrique et mettre en place #AfricaIn Motion.

Après le lancement des recommandations, l’UAT travaillera avec les pays et toutes les parties prenantes à travers le continent pour soutenir le processus de mise en œuvre. L’objectif est que les pays africains libèrent le spectre recommandé et le délivrent en licence aux opérateurs nationaux de télécommunications de manière rentable. Cela permettrait aux fournisseurs de services clients (CSP) de répondre aux demandes des besoins de communication croissants et de les préparer à fournir de nouvelles technologies telles que la 5G, qui cherchent à révolutionner les industries, les entreprises et les consommateurs.

Les cadres harmonisés et alignés au niveau mondial, tels qu’envisagés par l’UAT et Ericsson, aideront les pays africains dans les activités de gestion des fréquences qui accéléreront le déploiement rentable des TIC.

L’Union africaine des télécommunications (UAT) a été fondée en 1977 en tant qu’institution spécialisée de l’Organisation de l’Union africaine, aujourd’hui Union africaine, dans le domaine des télécommunications avec les États membres en tant que membre. L’UAT a pris son nom actuel en 1999 par une transformation qui a en partie vu l’incorporation du secteur privé dans ses membres en tant que membres associés.

L’UAT offre un forum aux parties prenantes impliquées dans les TIC pour formuler des politiques et des stratégies efficaces visant à améliorer l’accès aux infrastructures et services d’information. En outre, l’Union représente les intérêts de ses membres lors de conférences décisionnelles mondiales et promeut des initiatives visant à intégrer les marchés régionaux, à attirer les investissements dans les infrastructures TIC et à renforcer les capacités institutionnelles et humaines. La mission de l’Union est d’accélérer le développement des télécommunications / TIC en Afrique afin de réaliser des économies numériques.

Lire aussi :  Agnibilekro-législatives : «Nos prédécesseurs ont eu une vision trop limitative de leur rôle de député »,le  journaliste ANO Kouadio Eugène dans la course aux législatives 

L’Union envisage une Afrique qui est habilitée en tant que société de l’information inclusive avec des économies numériques fortes pour un développement social, économique et environnemental durable en Afrique. L’UAT compte actuellement 48 États membres issus de gouvernements et 54 membres associés de l’intérieur et de l’extérieur de la région africaine.

ledebativoirien.net

© 2021, redaction. All rights reserved.

This site is protected by wp-copyrightpro.com